LE VASE DE PARFUMS

Composition : 2004
Durée : 1h30’ – opera – 5 voices, 20 instruments –

Effectif : 5 chanteurs, 20 instruments
Dédicataire/Commanditaire : Etat, livret: Olivier Py
Création : 06.10.2004, Nantes, EOC, A Sei Voci, dir: D. KAWKA, mise en scène: Olivier PY
Éditeur : Jobert

Presse

Le vase de parfum sur Youtube/Arte

Olivier Py, livret, mise en scène et lumières
Suzanne Giraud,projet et composition musicale
interprètes: Sandrine Sutter, Jean-Paul Bonnevalle, Mary Saint-Palais,
EOC direction: Daniel Kawka
un reportage d’Arte sur Youtube

“Le Vase de Parfums” par Laurent Bergnach pour Anaclase

Cette nuit n’est pas une nuit comme les autres ; c’est celle du Vendredi Saint. Le Christ est au tombeau et Marie-Madeleine au chevet de sa sœur Marthe mourante. Pour souligner la particularité de ce moment, l’opéra de treize scènes s’ouvre sur un prélude instrumental mis en espace : de petits groupes de musiciens se déplacent autour du public, dans les escaliers, en fond de salle, chacun prenant la place du précédent. Un accord tenu de trompettes claironnantes finit par nous jeter dans l’arène, tandis que les musiciens regagnent les trois galeries reliées par des échelles, visibles en surplomb de la scène.
Lire la suite

Le Vase de Parfums vu par Operagazet par W.V. (Gepubliceerd op 13/10/2004)

De auteurs van dit sfeervolle werk hebben een prachtig resultaat bereikt. Een opera schrijven over de uit de bijbel welbekende Maria Magdalena, aanwezig bij de verrijzenis van Lazarus en later ook aanwezig bij de dood en nadien de verrijzenis van Christus, kan men moeilijk alledaags noemen. In plaats van de meer gebruikelijk balseming van een dood lichaam werd dit met parfum besprenkeld, vandaar de titel van dit werk.

Le vase de parfum par anaclase

Cette nuit n’est pas une nuit comme les autres ; c’est celle du Vendredi Saint. Le Christ est au tombeau et Marie-Madeleine au chevet de sa sœur Marthe mourante. Pour souligner la particularité de ce moment, l’opéra de treize scènes s’ouvre sur un prélude instrumental mis en espace : de petits groupes de musiciens se déplacent autour du public, dans les escaliers, en fond de salle, chacun prenant la place du précédent. Un accord tenu de trompettes claironnantes finit par nous jeter dans l’arène, tandis que les musiciens regagnent les trois galeries reliées par des échelles, visibles en surplomb de la scène.
Lire la suite

Le Vase de Parfums vu par Crescendo

Quel admirable sujet d’opéra! […] Le livret est d’une grande beauté et Olivier PY […] a fourni à “sa compositrice” un texte puissant et de haute volée. […] Suzanne Giraud a écrit cette oeuvre jaillie du plus profond d’elle-même avec une ferveur brûlante. Avec des moyens d’une exemplaire sobriété, elle atteint à une authentique grandeur. […] L’oeuvre, d’un accès indéniablement ardu à cause de la complexité du texte, rachetée il est vrai par le pouvoir immédiat de l’émotion dont regorge la musique, a reçu un excellent accueil.
A Nantes, Le Vase de Parfums de Suzanne Giraud Crescendo n°73 par Harry Halbreich

Le Vase de Parfums vu par Mittelloge.de par wig

Die französische Komponistin Suzanne Giraud (geb. 1958) ist Schülerin von Marius Constant, Claude Ballif, Hugues Dufour und Tristan Murail in Straßburg und Paris und besuchte die Kurse von Franco Donatoni in Siena und Brian Ferneyhough in Darmstadt. Nach einem Abstecher in die Elektronik beim IRCAM, erhielt sie ein Stipendium an die Villa Medici in Rom, wo sie Giacinto Sclesi, den Begründer der Mikrotonalität, kennen gelernt hat. Von diesem Aufenthalt stammt auch ihr Interesse für und Beschäftigung mit der Kunst der italienischen Renaissance. Dort ist sie auch mit den italienischen Madrigalisten und dem parlar cantando Monteverdis in Berührung gekommen, auf das sie sich hier direkt beruft.
Lire l’article