Le singe, la banquise et le téléphone portable

Composition : 2005
Durée : 30′ – opéra pour enfants –


Effectif : Enfants, 4 violoncelles
Commanditaire : Rencontres de Beauvais
Création : 10.05.2005, Théâtre de Beauvais, Ecole C. Debussy et Violoncelles de l’Octuor de Beauvais
Écrire à l’auteur pour recevoir la partition

Suzanne Giraud : Le Singe, la Banquise et le Téléphone portable (*) (création)

“Créé pour l’occasion, Le Singe, la Banquise et le Téléphone portable s’accommode avec beaucoup d’à-propos et de sensibilité d’une double contrainte: instrumentale (quatre violoncelles) et littéraire (un livret écrit par les élèves de CM1 et CM2 de l’école Claude Debussy de Beauvais), parvenant à maintenir, une demi-heure durant, le délicat équilibre entre la nécessaire simplification du langage, pour les plus jeunes, et le légitime attachement à une exigence artistique, pour les adultes. Les vingt enfants de ces deux classes peuvent donc tour à tour chanter, crier, imiter le bruit du vent, parler, jouer avec des percussions et se mouvoir sur le plateau, illustrant un canevas délicieusement absurde et poétique en même temps qu’animé par des préoccupations tout sauf puériles («le monde ne tourne vraiment pas rond»). Il est vrai que le désordre règne dans l’univers des mots, où le «signe», par exemple, est devenu «singe», mais au terme d’un parcours quasi initiatique où l’on rencontrera entre autres un téléphone portable et une idée en forme d’ampoule électrique, le dictionnaire permettra heureusement de «retrouver le sens des mots» et au singe Tifl de découvrir son nom. La musique commente et soutient cette quête avec une infinie délicatesse, de barcarolle-berceuse en marche des touaregs. Malgré des enchaînements parfois incertains et une difficile coordination des éclairages, le travail accompli, toutes tranches d’âge confondues, est remarquable, Yves Delescluses portant véritablement à bout de bras ces interprètes en herbe: l’ensemble «fonctionne» et pourrait donc sans nul doute faire la joie de groupes plus chevronnés.”

Simon Corley

Beauvais
Théâtre du Beauvaisis
05/10/2005

lire l’article en entier