CARAVAGGIO

Composition : 2008-2012
Durée : 2h15 – opéra –

Effectif : 5 solistes, Mezzo ContreTenor Tenor Baryton Basse choeur de chambre orchestre Baroque/Moderne 1.2.0.2/0.2.3.0/perc/2théor/clav/0.4.4.2
Dédicataire/Commanditaire : Opera-théât Metz-Métrop.livret: Dfernandez et Suzanne Giraud
Création : 2012, Metz, MRWesseling, PhJaroussky, AJDahlin, Abuet, LBertin-Hugault, Les Siècles, FXRoth, Choeurs opéra Metz
Éditeur : Artchipel

CARAVAGGIO par Philippe Jaroussky dans Crescendo

Philippe Jaroussky parle avec plaisir de ce rôle, dans lequel il semble s’être déjà plongé avec enthousiasme: “J’ai été très honoré d’apprendre que Suzanne Giraud avait été inspirée par ma voix. Je respecte beaucoup son travail et maintenant, ma responsabilité, c’est de me montrer à la hauteur de son ambition. »

« Je désirais travailler avec Suzanne Giraud. Elle avait déjà créé un rôle pour moi auparavant, mais nous n’avions pas pu mener le projet à son terme. Quand elle m’a proposé ce nouveau rôle, j’ai tout de suite accepté.”

…Pour moi, ce rôle est un défi fantastique, une manière de casser cette image de «voix d’ange» qui me colle à la peau. Car Caravage est loin d’être un ange ! C’était un challenge à relever. Je pense aussi que le choix d’un contre-ténor pour ce rôle est indiqué, justement pour exprimer ce jeu de clair-obscur des tableaux de Caravage. La voix fait passer la lumière, exprime la fulgurance du génie, tandis que la musique et l’histoire dépeignent l’obscurité.»

CARAVAGGIO par Concerto.net

” Avec ce Caravaggio, Suzanne Giraud offre assurément une belle réussite, à ce jour sans doute son magnum opus.” “…l’écriture vocale ne se refuse pas au lyrisme et à l’expression, bien au contraire, et ménage, fait assez rare à notre époque pour devoir être souligné, des ensembles allant du duo au quintette, agencés avec une remarquable maîtrise.”

“…Car l’ambiguïté inhérente à cette voix sied à merveille au Caravage, à sa séduction délétère et à sa réputation sulfureuse, mi-ange mi-démon, mi-artiste mi-voyou, entre palais cardinalices et bas fonds. Et Philippe Jaroussky incarne le personnage avec une gourmandise et une sensualité réjouissantes”

Lire l’article en entier sur Concertonet

CARAVAGGIO par Altamusica

“Suzanne Giraud réussit là où d’autres échouent : bon livret, remarquable équilibre scène-fosse et musique d’une impressionnante variété de climats. Philippe Jaroussky incarne un Caravage à la fois génie et mauvais garçon, et trouve là de nouvelles couleurs inouïes.”

“Dès l’introduction, l’ambition de la compositrice saute à la gorge. Il y a même quelque chose du Messiaen de Saint François d’Assise dans ce chœur énumératif qui décrit avec une force peu commune les préjugés qu’on attribue à la vie du Caravage. La réussite de Giraud tient précisément dans sa volonté de s’en tenir à un opéra en bonne et due forme.”
“L’orchestre, où cohabitent instruments baroques et modernes, n’a rien du gadget. Au contraire, le mélange des sonorités apporte une sécheresse d’intonation, une vivacité et une étonnante diversité de couleurs.”

Lire l’article sur Altamusica

CARAVAGGIO dans La Croix

“Le public a accueilli chaleureusement cette œuvre ambitieuse mais accessible retraçant quelques épisodes de la carrière du turbulent génie de la peinture italienne.”

“Suzanne Giraud brode une ligne vocale claire et ductile sur une trame instrumentale d’une grande sensualité, riche de mille couleurs et ambiances. L’orchestre associe habilement les violons, trompettes ou bassons modernes et les sonorités baroques du théorbe, de la flûte ou du clavecin. La texture s’épaissit ou s’allège avec une grande virtuosité, selon que Caravage songe aux beaux anges de ses rêves ou s’emporte contre un commanditaire frileux qui lui reproche la hardiesse de ses compositions…”

” Caravaggio parvient déjà à «faire image» sans l’apport du jeu, des décors, des lumières et des costumes du théâtre. La musique donne à voir les tableaux précisément décrits ou seulement évoqués. Finalement, rien ne dit qu’une représentation explicite n’enfermerait pas l’auditeur dans une vision moins libre, moins poétique. Il reste cependant à souhaiter que cette partition forte et le travail de tous ses interprètes puissent maintenant se diffuser en France et ailleurs…”

Lire l’article en entier dans La Croix

CARAVAGGIO par DiapasonMag

“L’effectif orchestral, mêlant instruments modernes et anciens, fait de l’ensemble Les Siècles le medium idéal du projet. De cet atout, Suzanne Giraud tire des alliages, des relais et des métamorphoses graduelles de timbres peu communs.”

“…La polyphonie vocale est au centre de cet ouvrage ambitieux. Avec une belle maîtrise, la compositrice réserve au chœur un style plutôt vertical et aux ensembles (du duo au quintette) une écriture contrapuntique au raffinement tout madrigalesque.”

“…Philippe Jaroussky, dont la familiarité avec les inflexions baroques est l’une des forces, campe avec justesse et évidence un Caravage tout en clair-obscur, génie lumineux aux mœurs troubles.”

CARAVAGGIO sur Youtube (extraits)