Afin que sans cesse je songe

Composition : Juin 2002
Durée : 22’ – flute –

Effectif : Flûte seule
Création : 18.07.2002, Festival Musicalta Pfaffenheim, Berten d’Hollander
Éditeur : Jobert

“Le concert se terminait par l’œuvre pour flûte seule de Suzanne Giraud, Afin que sans cesse je songe (2002), véritable défi lancé à l’interprète qui, dans un espace de vingt deux minutes, nous fait apprécier les potentialités sonores de son instrument à travers les techniques de jeu les plus variées de la flûte contemporaine. La pièce prend appui sur le texte d’une chanson polyphonique de Clément Janequin, maître de la Renaissance, dont la mélodie du dernier vers est le point de départ des variations qui vont se succéder dans un registre toujours aussi virtuose : tessiture extrême aiguë, sons éoliens, double sons, slaps… Au terme de cette épopée fascinante, les mots du titre, mimés par l’interprète, viennent s’inscrire « en creux » sur les dernières résonances du discours musical.”

Le  par 

voir l’article en entier sur Resmusica